• Elodie

Jeûne intermittent : perte de poids, bienfaits et dangers.






Le jeûne intermittent est à la mode, c'est LA tendance pour perdre du poids. Tandis que certain le loue pour ses bienfaits, d'autres alertent sur les dangers d'un tel régime. Faut-il s'en méfier ou le pratiquer ? Voyons ensemble ce qu'il en est.





I. Qu'est-ce que le jeûne intermittent ?

Tout d'abord les définitions pour y voir un peu plus clair :

Jeûne = Arrêt total de l'alimentation, avec maintien ou non de la consommation d'eau.

Intermittent = Qui est coupé d'interruptions.

Le jeûne intermittent est donc une période sans s'alimenter alternée avec une période de prise alimentaire.


Il faut savoir que c'est déjà le cas naturellement pour tous le monde : nous jeûnons 6h à 10h chaque jour, ou plutôt chaque nuit. Il s'agit donc d'une pratique habituelle pour le corps. Cependant, le jeûne nocturne correspond à notre période d'inactivité, le corps n'a pas les même besoins en énergie pendant notre sommeil. Le jeûne intermittent est plus difficile et restrictif car il s'effectue en partie sur la journée, moment où nous sommes actifs. De ce fait, sa pratique ne convient pas à tous le monde et demander l'avis d'un professionnel de santé est important pour vérifier que vous n'avez pas de contre-indications.


Maintenant que vous êtes alertés, voyons comment ce régime fonctionne. Le jeûne intermittent consiste à ne pas manger pendant 12h à 16h, pour cela, il est nécessaire de sauter un repas ; petit déjeuner OU dîner. Ce régime a initialement pour objectif de détoxifier le corps, c'est-à-dire éliminer les toxines. La perte de poids est seulement un effet secondaire possible. Il s'adresse au personnes désireuses de faire une "cure détox", améliorer leur bien-être digestif et , secondairement, perdre du poids. Dans le cadre détox, il est conseiller de le pratiquer 1 ou 2 jours., dans le cadre d'une perte de poids, 1 semaine.

Puisqu'il s'agit d'une diminution de la période d'apports, ces apports sont généralement diminués, aboutissant à un régime hypocalorique*. De ce fait, il n'est pas recommandé pour les femmes enceintes, allaitante, les enfants et les adolescents (risque d'entrainner un retard de croissance), les personnes âgées et les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire. Pour résumé, il s'adresse uniquement aux adultes en bonne santé physique et mentale.


Enfin, si l'eau est à consommer sans modération pendant le jeûne, le café est à limiter car la caféine demande un travail important au foie pour la digéréer et l'éliminer.


II. Analyse des effets.


Voici la liste des effets du jeûne intermittent sur le corps (pas de panique, nous allons les décrypter ensemble) :

  • Diminue la production d'insuline et le stockage des graisses et du sucre dans l'organisme.

L'insuline est sécrétée pendant et après une prise alimentaire. C'est une hormone qui permet au sucre de passer du sang au muscles et tissus. Lorsque le sucre n'est pas utilisé par l'organisme, il est transformé puis stocké, soit sous la forme de triglycérides (graisse) soit de glycogène (au niveau des muscles et du foie). En pratiquant le jeûne intermittent, les prises alimentaires sont diminuées et donc la sécrétion d'insuline aussi. Cependant, si le sucre reste dans le sang, il est éiminé dans les urines et le corps ne peut pas l'utiliser. C'est le cas chez les personnes diabétiques.

  • Stimule le déstockage des graisses.

Faute d'apports suffisant, le corps va puiser dans ses reserves de graisses pour couvrir ses besoins en énergie. Les graisses sont alors transformées en corps cétogènes qui remplaçent le glucose (sucre) pour les muscles et le cerveau. Le jeûne intermittent, en stoppant les apports pendant 12h à 16h, force le corps à puiser dans ces ressources pour continuer à fournir de l'énergie. Attention cependant, une baisse d'apport trop importante conduit à l'utilisation des protéines musculaires comme source d'énergie pour le cerveau, détruisant vos muscles. De plus, cela met le corps en stress et il réagit en stockant plus ce que vous manger. Un jeûne trop long et/ou trop important sera donc dangereux et contre productif. Si vous avez le moindre doute quand à votre pratique, consultez un diététicien ou médecin nutritionniste, ce sont les spécialistes de l'alimentation.

  • Meilleur contrôle des sensations alimentaires.

Les sensations de faims sont des signaux corporels, envoyés par votre organisme pour prévenir que vous devez refaire le plein de nutriments et d'énergie (voir l'article Comment perdre du poids naturellement). En pratiquant le jeûne alimentaire, vous apprenez à passez outre ces signaux. Pour cela, boire constitue un excellent coupe-faim, de même que s'occuper l'esprit par une activité. Attention cependant, se couper de ses sensations de faim c'est aussi se déconnecter de son corps et ne plus faire attention à ses besoins. Vous risquez alors de ne plus savoir quand vous avez besoin d'apporter de l'énergie et quand vous comblez uniquement un besoin émotionnel. Pour cette raison, le jeûne intermittent, dans le cadre d'une perte de poids, ne doit pas se faire sur une longue période ; 1 semaine de temps en temps suffisent.

  • Améliore la performance physique et intellectuelle et diminue le temps de récupération.

Du fait de l'éliminations des toxines présentes dans l'organisme, le jeûne intermittent permet au corps de fonctionner de manière optimale. Ainsi, les performances physiques et intelectuelles sont améliorées, de même que la récupération après effort. Attention toutefois, cela n'est valable que si le jeûne est correctement pratiqué, sans diminution trop importantes des apports.

  • Favorise la régénération cellulaire, permet le nettoyage de l'organisme, stimule l'auto-nettoyage de l'organisme par ses propres cellules, diminue le vieillissement prématuré des cellules.

Le vieillisement des cellules (et la diminution de la régénération cellulaire) est, en partie, dû aux toxines que nous absorbons au quotidien. Ainsi, le fait de purifier son corps de temps en temps favorise la régénération cellulaire.

  • Prévient le surpoids et certaines pathologies associées : maladies cardiovasculaires, diabète, etc.

Une alimentation saine et un mode de vie sain prévient ces maladies. Ayant pour fonctions une purification de l'organisme, le jeûne intermittent permet d'éliminer les toxines et favoriser le destockage des graisses. De ce fait, couplé à une alimentation équilibrée, cela permet de prévenir les pathologies liées ; en partie ; à l'alimentation. Il s'agit donc de ne pas pratiquer le jeûne intermittent sans alimentation saine car cela détruirait tout ses bénéfices (par exemple manger dans un fastfood sur le temps de prise alimentaire).


III. Les erreurs à éviter

Pendant la phase de jeûne, il est nécessaire d'avoir un apport en eau suffisant, soit 2L par jour minimum. L'eau est indispensable pour permettre à l'organisme d'éliminer les toxines. Ne pas en boire suffisament est nocif car les toxines seront moins bien éliminées et plus difficiles à filtrer par l'organisme, car plus concentrées.


Autre erreur à ne pas faire : manger beaucoup en dehors de la phase de jeûne. L'idée est de conserver une alimentation saine, sans excès qui pourraient entrainner du stockage ou un sur-fonctionnement du foie et du système digestif.

De la même manière, la perte de poids ne doit pas être l'objectif de cette manière de s'alimenter. Cela peut conduire à une mauvaise pratique pour atteindre ses objectifs et apporter plus d'effets négatifs que positifs : fatigue, frustration, compulsions, fringales, irritabilité, etc.


Enfin, la phase de jeûne ne doit pas être uniquement inactive. Il s'agit de continuer ses occupations habituelles (travailler, se promener, faire du sport, etc.). Si ces activités deviennent compliquées ; à cause de fatigues ou tout autre signes physique de mauvaise santé ; il faut immédiatement arrêter le jeûne et consulter un médecin pour vérifier votre état de santé.


Pour conclure, le jeûne intermittent est une pratique alimentaire, visant à purifier le corps et améliorer la santé. De ce fait, il doit être encadré, par des spécialistes (médecin, diététicien) et couplé à un mode de vie sain. La perte de poids ne doit pas être l'objectif principal, au risque d'une mauvaise pratique nocive pour votre santé. Cette pratique doit respecter votre corps et vos besoins, qu'elle soit ponctuelle ou quotidienne.


En résumé....

Le jeûne intermittent consiste à ne pas consommer d'aliments solides pendant 12h à 16h. Cela se fait pendant la nuit et en sautant un repas ; soit le petit déjeuner soit le dîner ; afin de prolonger le jeûne nocturne naturel. Il permet de détoxifier le corps en mettant au repose votre système digestif, votre foie et vos reins. La consommation d'eau doit être majorée (2L/jours) pour permettre une bonne filtration et élimination des toxines sans vous deshydrater.

Le jeûne intermittent se pratique en mangeant sain et équilibré sur la période de prise alimentaire, sans majorer les apports caloriques. Il ne convient qu'aux adultes en bonnes santé, sans contre-indication médicale. Sa pratique doit donc être encadrée par des professionnels de santé, à consulter avant et pendant. Si la pratique du jeûne intermettent n'est pas dangereuse pour la santé, c'est une mauvaise pratique qui est nocive.



Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! J'espère qu'il vous aura intéressé et, peut-être, apprit quelque chose. Dans tous les cas, je suis curieuses de vos retours en commentaires et n'hésitez pas à suggerer des idées de sujets qui vous voulez me voir aborder !




*hypocalorique = plus faible en calories que les besoins.

Sources :

- https://www.doctissimo.fr/nutrition/sante-dans-l-assiette/jeune-bien-jeuner/jeune-intermittent

- https://www.passeportsante.net/perdre-du-poids-g160/fiche.aspx?doc=jeune-intermittent-fasting

- https://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/les-regimes-sante/le-jeune/maigrir-avec-le-jeune-intermittent

- https://www.manon-naturopathe.fr/les-bienfaits-du-jeune-intermittent/ (image)


48 vues0 commentaire